Accueil Rencontrez Dogami, le jeu qui veut devenir un géant de l’entertainment avec sa propre série
Actualités Crypto-monnaies, Actualités des Altcoins, Actualités NFT, Actualités sur Blockchain, Actualités sur le Dogecoin, France, Web 3.0

Rencontrez Dogami, le jeu qui veut devenir un géant de l’entertainment avec sa propre série

Charles Ledoux
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Damien Kesler est entrepreneur depuis plus de 10 ans qui a notamment lancé plusieurs sociétés dans la tech et dans la mode. Il est désormais le CMO du plus gros jeu web 3 français : Dogami.

En effet, Dogami a été fondée en 2021 et est soutenue par des géants du web 2 et du web 3. Que ce soit Ubisoft, Animoca Brands ou encore Xange, Dogami a été l’un des premiers projets français à lever des fonds dépassant la dizaine de millions de dollars.

Découvrez Damien, où en est Dogami et surtout où leur nouvelle roadmap va pouvoir bien les emmener : 

Comment es-tu entré dans la crypto ?

Je suis tombé dans le web 3 petit à petit à partir de 2013. J’ai découvert les crypto-monnaies parce que j’étais beaucoup sur le deep web dans ma jeunesse.

Et  puis, c’est comme ça que j’ai découvert un petit peu sur des forums le bitcoin et toute l’idéologie qui allait derrière. 

J’ai alors vendu ma société en 2022 dans la mode pour me mettre en full time web 3 parce qu’à ce moment-là, c’était vraiment quelque chose qui me passionnait. 

Alors, où en est Dogami actuellement ? 

Nous sommes aujourd’hui une entreprise d’entertainment et pas que de jeux vidéo. Nous avons aussi fait du merch avec Gap, nous avons sorti une collection de vêtements. 

Nous sommes en train de travailler sur une série à destination des plateformes de streaming. Bien évidemment, le jeu qui a été lancé en mars est notre premier vrai produit sur le marché.

Nous avons un total de 17.753 joueurs depuis le 5 mars, le tout uniquement de manière organique. Pour les deux mois à venir, nous allons développer plus de partenariats et concentrer nos efforts sur le token avec quelques nouvelles qui arrivent, entre autres. 

Et fin juin-début juillet, nous avons une grosse update du jeu qui va nous permettre de passer au niveau supérieur afin d’avoir un produit capable de concourir avec les jeux mobiles Web2.

Quelle est la vision sur le long terme de Dogami avec cette roadmap ?

Nous sommes en train de construire une IP (Intellectual property), comme Pokémon, par exemple. Pour pouvoir ensuite développer tout un écosystème autour de l’IP et non pas seulement une entreprise de gaming, ou juste de marchandises. Nous voulons construire tout un écosystème. 

C’est la série, c’est du merch, c’est le jeu vidéo, et puis des jouets et bien d’autres choses encore…

Ce qui m’a impressionné le plus chez Dogami, c’est la vision et l’anticipation sur le marché au sein de l’entreprise. Dans le sens où il est vrai qu’on est dans un marché qui est très nouveau. Du coup, il y a peu de projets qui arrivent à se projeter sur 3, 4, 5 ans, et en même temps, parce que la volatilité du marché ne permet pas du tout de se projeter sur autant de temps. 

Nous voyons beaucoup de projets qui se construisent un peu au jour le jour, sans pour autant avoir une vision assez claire d’où ils vont aller. Ceci offre une flexibilité large qui permet de réagir aux trends du marché, mais qui fait que sur le long terme, ce n’est pas très stable.

Ce qui m’a impressionné chez Dogami, c’est ça, c’est d’avoir cette vision à long terme, cette espèce de cap que nous avons et qui nous permet de savoir la direction vers laquelle nous voulons naviguer. À travers ça, cela donne vraiment un sens à chaque action qui est entreprise au sein de la société. 

Par où allez-vous commencer ?

Le jeu, ça va être la première pierre de l’édifice. Donc, c’est à travers le jeu et la mass adoption du jeu qui va nous permettre de se faire connaître encore plus au sein du marché de masse. 

En ce moment, le jeu est très web 3, mais au fur et à mesure, nous allons nous ouvrir de plus en plus. Il y a une audience de masse aussi dans le web 2. 

Par la suite, il y a tout ce qui va venir autour. Notamment avec des partenariats. Par exemple, aujourd’hui, nous sommes en train de faire un partenariat avec une grande marque d’alimentation pour chien. Nous allons faire une collaboration in-game avec eux. 

Il y aura la série à destination des plateformes de streaming. Avec ça, nous ne pouvons pas rêver mieux pour pouvoir toucher une large audience. C’est des petites pierres que l’on va poser au fur et à mesure du développement de Dogami. C’est ce qui va nous permettre de toucher un public le plus large possible. 

Peux-tu nous parler du championnat du monde que vous avez récemment organisé ?

Nous avons eu à peu près 16 000 participants au championnat. Donc, c’est incroyable.

Nous avons un taux de rétention qui est très bon sur 14 jours, donc nous avons une communauté qui est très investie.

Nous avons organisé le Dogami World Championship, qui est un tournoi qui se déroulait en trois phases. La première était free to play et accessible à tout le monde sans NFT.

C’était ce qu’on appelait les qualifiers. Donc, n’importe qui peut jouer et se qualifier pour pouvoir gagner un NFT gratuit. C’était un play to meet. Donc, pendant 10 jours, nous avons eu tous les joueurs qui ont essayé de se qualifier pour arriver dans le top 2000 des joueurs et pour pouvoir avoir un NFT gratuit. 

Ensuite, il y avait la phase de mint, qui a duré une petite semaine, le temps qu’on mint et qu’on révèle les NFT.

Et puis la dernière phase qui était la grande finale. Dans cette grande finale, il y avait donc les 4000 personnes qui avaient minté les NFT, qui ont pu participer à un événement qui a duré une semaine pour pouvoir remporter un prize pool de 50 000 dollars.

D’autres événements et annonces majeures qui arrivent en plus de la roadmap ?

Alors, c’est un gros sujet justement, la Roadmap 2024 et que nous avons rendue publique récemment. 

Nous voulons vraiment nous inspirer des “best-in-class” pour pouvoir approfondir notre gameplay et l’expérience utilisateur. 

C’est-à-dire qu’on va avoir, par exemple, un season pass. 

Le gameplay va être aussi un petit peu modifié pour donner plus de profondeur au jeu afin qu’il soit plus engageant pour les joueurs. 

Nous pensons aussi développer des partenariats avec d’autres entreprises web 2 pour pouvoir continuer à onboarder de nouvelles personnes non web3 natives. 

Nous verrons aussi de nouveaux environnements de course et de la customisation, des wearables et plus encore… Je n’en dirais pas plus !

Qu’est-ce qui différencie Dogami des autres ?

Alors, il y a plusieurs choses. Déjà, je dirais le fait que nous soyons soit un jeu mobile.

Parce que c’est vrai qu’il y a énormément, si ce n’est pas 97% des jeux Web 3 qui sont sur PC, ordinateurs portables, etc. 

Je crois que sur l’App Store, il doit y avoir une cinquantaine de jeux mobiles Web 3 grand maximum. 

Il faut être conforme à tous les stores. C’est réel que sur Android, ils sont moins stricts. Mais Apple Store, c’est très compliqué d’avoir un jeu Web3 qui match avec tous leurs prérequis au niveau de la conformité.

Bien qu’ils commencent un petit peu à s’ouvrir vers le Web 3, mais doucement seulement. 

Nous sommes surtout partis sur un jeu qui est vraiment casual gaming. Nous ne sommes pas dans un jeu super compliqué où tu dois y passer 3, 4, 5 heures par jour si tu veux vraiment être compétitif. Une session de jeu dure 20 minutes seulement. 

Et puis, je dirai aussi que c’est un jeu de chien. Je crois qu’en France, 25% des gens ont déjà eu un chien. On repose donc sur un contenu un peu mainstream.

Comment se passe votre processus pour créer un jeu et le développer ? 

On veut s’inspirer des meilleurs de chaque secteur pour pouvoir faire un jeu qui plaît. Nous le voyons dans le web 3, les durées de développement sont beaucoup plus courtes que dans l’industrie du gaming traditionnel. 

Un jeu, cela prend 3, 4, 5 ans à être fait. Dans le web 3, il faut qu’en un an, un an et demi, nous ayons le jeu qui soit sorti.

Mais en même temps, cela fait partie du jeu, parce qu’on a des communautés qui sont hypers engagées, beaucoup plus que dans le gaming traditionnel. Ils ont plus d’attente, et du coup, les laps de temps de production sont raccourcis. 

Ce que nous voulons, c’est que notre communauté soit contente et satisfaite. Donc, nous les écoutons aussi beaucoup, avec les retours d’expériences utilisateurs notamment. 

Et nous prenons des mécaniques de jeu qui fonctionnent, qui fonctionnent bien même. Nous voyons ce qui plaît le plus et nous maximisons là-dessus. 

Où en est l’industrie du gaming Web 3 en France, selon toi ? 

Entre Live Beyond, SoRare, ou encore Sandbox, nous avons quand même des gros acteurs en France.
Je suis aussi en contact avec beaucoup de projets internationaux, et ce que je vois, c ‘est que nous arrivons à une certaine maturité dans le gaming Web 3, là où il y a deux ans, personne ne savait vraiment trop comment faire.

Avant, personne n’avait de studio gaming, donc tout était un peu fait à l’improvisation.

Je pense que dans les deux années qui se sont écoulées depuis la fin du bull market dernier, il y a eu beaucoup de rotations, il y a beaucoup de projets web3 qui ont récupéré des ex-employés de gros studios, notamment chez Ubisoft, etc. Ce qui a complètement ordonné le web 3 Gaming. Aujourd’hui, nous commençons à voir des choses très intéressantes en termes de qualité de jeu.

Alors, nous ne sommes pas encore sur du triple A, mais on se rapproche de choses qui sont très cool, et qui sont faites, encore une fois, dans des laps de temps beaucoup plus réduits que ce que l’on a l’habitude de voir dans le gaming. 

Au niveau de la blockchain, des changements à venir ?

Nous avons commencé sur Tezos et nous nous sommes aussi exportés sur Polygon avec les 4000 derniers NFT que nous avons sortis lors du Dogami World Championship. Nous ne sommes pas fermés à l’idée de nous ouvrir à d’autres blockchains dans le futur.

Le changement le plus important va être la grosse update de juin/juillet, car nous allons vraiment arriver à une app qui sera assez différente. Et c’est avec cela que nous allons pouvoir entrer un peu dans la cour des grands en matière de gameplay. 

Es-tu un passionné de jeux vidéo ?

Oui, oui, gros gamer depuis tout petit ! Je crois que je jouais à Prince of Persia à 4 ans sur la Super NES avec mon père. 

C’était un jeu où tu marchais, tu courais, tu sautais, tu te baissais et c’était tout. J’ai passé des milliers d’heures à jouer à d’autres jeux vidéo de type half life, Warcraft, Final Fantasy etc.

Donc, quel est ton top 3 ? 

Je suis un gros fan de Final Fantasy, notamment le 9 qui est mon préféré et le 7 qui vient juste après.

Sinon, j’aime beaucoup les Ages of Empire aussi et puis Skyrim. Tous les Elder Scrolls.”

L’été approche et la vision de Dogami prouve que leur ambition n’a pas d’égal dans le gaming web 3 français, voire mondial. Damien et son équipe mettent tout en œuvre pour satisfaire leur communauté grandissante, tout en se projetant vers une adoption de masse. 

Ils veulent créer une véritable société d’entertainment. Un mastodonte qui s’étend au-delà du web 3. Et de ce que Damien nous a révélé, cela donne vraiment envie de suivre leur développement et de se jeter dans leurs courses effrénées.

Même si l’industrie du gaming web 3 avance doucement, son adoption massive n’en est pas moins inévitable. Espérons voir un projet français dans le haut du panier. Dogami s’annonce en tout cas être le meilleur candidat en liste sur la ligne de départ.


Source : Interview de Damien Kesler (CMO), Dogami.


Sur le même sujet :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.
Ajoutez Cryptonaute à vos flux Google Actualités

Charles Ledoux

Charles Ledoux

Charles Ledoux est un rédacteur pour Cryptonaute avec une expertise pour les crypto-monnaies et la technologie blockchain. Grâce à sa formation dans la « Crypto-Academy » du célèbre YouTubeur Pompliano, il a pu passer un mois à se former avec les meilleurs spécialistes de l’industrie des crypto-monnaies. C’est en observant des similitudes frappantes entre la permaculture et la technologie du Bitcoin qu’il a réussi à avoir une perspective et une expertise rare sur la technologie et son fonctionnement.

Après avoir écrit son premier livre à 10 ans et plusieurs autres ouvrages depuis, Charles met désormais en pratique son talent d’écrivain pour apporter le meilleur contenu possible aux lecteurs de Cryptonaute. Après avoir rencontré des dizaines d’acteurs majeurs de l’industrie et s’être créé un réseau de centaines de builders web 3, il apportera de nombreux contenus originaux comme des interviews, ou encore des enquêtes exclusives. En plus de son expertise technique sur la technologie blockchain, Charles permettra aux lecteurs d’être au “cœur” de l’industrie crypto.

Déterminé à créer le meilleur contenu possible, il a également le souhait de relayer des informations exclusives qui apportent de la véritable valeur ajoutée à l’industrie florissante des médias crypto.

Section Expertise

  • Bitcoin et Bitcoin mining
  • Compréhension technique de la technologie blockchain et de son fonctionnement
  • Business development et entrepreneuriat
  • Interviews et enquêtes spéciales

Section Accomplissements

Section Éducation 

  • Diplômé de la Crypto Academy : “Les fondamentaux de Bitcoin et des crypto-monnaies”
  • Bac Scientifique mention Européenne

Section bonus

  • Auteur de plusieurs ouvrages.
  • 30k+ vues sur sa chaîne Youtube
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram