Accueil Une entreprise d’énergie au Kenya aide les mineurs de Bitcoin !
Minage, Toute l'actualité

Une entreprise d’énergie au Kenya aide les mineurs de Bitcoin !

Lucille Bodenes
Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Les opérations de minage de Bitcoin sont régulièrement décriées en raison de leur caractère énergivore. Diminuer son coût environnemental fait aujourd’hui partie des sujets qui inquiètent les acteurs de la cryptomonnaie.

Dans ce contexte, KenGen, le plus grand fournisseur d’énergie du Kenya, fait un geste de taille envers les compagnies spécialisées dans ce domaine. Il propose ainsi de leur fournir son surplus d’énergie issue de la géothermie.

La proposition de KenGen

Il semblerait que la majorité des utilisateurs potentiels se situe aux États-Unis et Europe. En effet, l’Afrique n’abrite pas pour l’instant de ferme de minage. La condition imposée par KenGen serait que les bénéficiaires installent leurs opérations autour de leur principale usine de géothermie. Celle-ci se situe à 123 km de la capitale du pays, Nairobi.

D’après KenGen, cette installation au plus près de leur usine est indispensable. « Nous les accueillerons ici car nous avons l’espace nécessaire et que l’électricité est proche, ce qui contribue à la stabilité du système. La puissance demandée varie, certains d’entre eux ont demandé à commencer avec 20MW avec un échelonnement dans le futur. Le minage de crypto-monnaies est très gourmand en énergie », a déclaré Peketsa Mwangi, directeur du développement géothermique de KenGen.

Les énergies renouvelables pour un minage plus propre

Les opérations de minage du Bitcoin sont régulièrement pointées du doigt en raison de l’importante empreinte carbone qu’elles génèrent. Un moyen de répondre à ces préoccupations pourrait être de recourir à la géothermie. En effet, KenGen affirme utiliser majoritairement des ressources renouvelables pour sa production.

À l’heure actuelle, leurs installations géothermiques peuvent délivrer une capacité d’environ 900 MW. Cependant, le Kenya dispose d’une énergie géothermique potentielle de 10 000 MW autour de la Rift Valley. Bien que la compagnie ait fait connaître sa volonté d’accompagner le minage de Bitcoin, le pays n’a pour l’instant mis en place aucune régulation pour contrôler les activités dans ce secteur.

Le gouvernement mentionne le déploiement d’une monnaie numérique par la banque centrale. Néanmoins, les autorités restent mesurées au sujet du trading d’actifs numériques. La multiplication des scams semble en effet les avoir échaudées.

Si le projet de KenGen aboutit, le Kenya rejoindra le Salvador, pionnier dans l’utilisation de formes d’énergie alternatives pour le minage des crypto-actifs. Pour rappel, après avoir annoncé que le Bitcoin devenait une monnaie légale en 2021, le pays d’Amérique centrale a développé le minage de la crypto-monnaie alimenté par l’énergie volcanique.

Pour adresser les difficultés environnementales liées au minage de Bitcoin, les acteurs ont sollicité le recours aux ressources renouvelables. En conséquence, les représentants politiques étudient comment régir ce secteur. Ils devront élaborer des préconisations après avoir étudié différents aspects comme les rejets de carbone relatifs au Bitcoin, ainsi que la législation énergétique.


Pour en savoir plus :


Nos réseaux sociaux :

Rejoignez notre groupe Telegram pour rester au courant des dernières nouvelles crypto en direct.

Lucille Bodenes

Lucille Bodenes

Ingénieure de formation, passionnée de sciences et de nouvelles technologies, j’ai aujourd’hui choisi de voyager en travaillant. J’exerce ainsi en tant que rédactrice web pour des contenus liés aux sciences et au Web 3.0.
Recevez toute l'actualité crypto en direct sur Telegram
Rejoignez notre groupe Telegram